Les matières PE et PP

de la famille des Polyoléfines

Depuis plus de 70 ans, nous utilisons le Polypropylène (PP) de la famille des Polyoléfines pour réaliser la plupart de nos mallettes, boîtes, valises et valisettes. 

Moulé par injection, en opaque ou en transparent, il offre de nombreux avantages pour nos mallettes et valises :

Enfin, la mousse de Polyéthylène (PE) est utilisée pour réaliser certains calages intérieurs.

Pour aller plus loin

L’aspect des polyoléfines est blanc laiteux et de toucher cireux (sauf PMP transparent car amorphe). Les polyoléfines sont opaques en forte épaisseur, et transparents en films. Bien que souvent utilisées comme contenant ou comme emballage, les polyoléfines ne sont pas totalement imperméables à l’eau, l’air ou aux hydrocarbures, mais ceci implique la notion de temps et de quantité de perte tolérée.
A température ambiante (23° C). Le PE et le PP, partiellement cristallins, sont au-dessus de leur température de transition vitreuse donc leur phase amorphe est caoutchoutique. La température de transition vitreuse de PP étant très proche de la température ambiante. Le PEbd est, à température ambiante, plus sensible au fluage que le PEhd et le PP (plus cristallins). Les polyoléfines sont très sensibles à l’orientation, c’est à-dire que les propriétés mécaniques sont améliorées, si les macromolécules ont été orientées dans la direction de la sollicitation. Pour ces polymères cristallins, il faudra éviter les entailles préjudiciables à la résistance au choc.
La nature paraffinique du polyéthylène (surtout le PEhd), en fait un matériau avec de bonnes propriétés de frottement.

Les polyoléfines possèdent une très bonne stabilité chimique. A des températures inférieures à 60° C, elles sont pratiquement insolubles. Elles ne sont attaquées ni par les acides (sauf oxydants) ni les bases, ni les solutions de sels. Elles sont insolubles dans l’eau et même plutôt hydrophobes. Elles sont reconnues utilisables pour des applications alimentaires. Les polypropylènes sont sensibles aux hydrocarbures. Les polyoléfines sont à l’état naturel très sensibles à l’action des rayons ultraviolets (UV) en présence d’oxygène (air) mais il existe des photo stabilisants efficaces, comme par exemple le carbone black, le colorant inévitablement en noir.

Les polyoléfines sont d’excellents isolants électriques pour des conditions variées d’ambiance. Ceci explique leur tendance à être électrostatique. Ils ont une résistivité très élevée et une rigidité diélectrique élevée. Le faible facteur de pertes diélectriques (tan δ) qui représente l’énergie perdue, transformée en chaleur dans le diélectrique interdira le soudage haute fréquence.

Le PE et le PP brûlent même en l’absence de la flamme initiatrice avec une flamme bleutée et ils « goutent ». Dans une combustion incomplète (incendie), il se forme de l’oxyde de carbone et de faibles quantités d’hydrocarbure. Les polyoléfines sont, en général, classées HB par UL94, mais certains grades ignifugés de PP peuvent être V0 ou V2.
Le passage de la température de transition vitreuse est d’autant moins sensible que le polymère est plus cristallin comme le PEhd et le PP.

La stabilité est indépendante de la reprise d’humidité (faible < 0,2 %) (caractère hydrophobe). Ces polymères hautement cristallins ont donc un retrait important au moulage.

D’une façon générale, les polyoléfines présentent une surface sur laquelle il est difficile d’adhérer ; cependant chaque producteur propose des solutions et des préparations de surface pour une impression, une peinture, un marquage voire une métallisation sous vide. Les polyoléfines présentent un toucher agréable. Certains grades de copolymère sont spécialement proposés pour des applications « à contact agréable » (manches, poignées, ect…)

Les polyoléfines sont très difficilement collables. On doit procéder à des préparations de surfaces du type flammage (légère oxydation) ou attaque chimique. Le soudage par infrarouge, contact, ultrasons ou air chaud ne pose pas de problème. Le soudage par induction (haute fréquence) est directement inapplicable car l’énergie dissipée dans le matériau est insuffisante pour l’échauffer. On peut pallier cet inconvénient en noyant un insert métallique dans le matériau. L’échauffement de ce métal dans un plan de joint servira à la fusion de la polyoléfine à souder.

Nos certificats matières

Autres certificats à nous demander

Caractéristiques physico-chimiques et paramètres de transformation de la matière.

Information concernant les précautions de sécurité à prendre pour la manipulation et en cas d’incident.

Liste de substances soumises à autorisation.

Document émis par un laboratoire américain (UL) qui garantie la composition, les performances et la méthode de fabrication de la matière.

Loi californienne destinée à informer le client final de la présence et du risque lié d’une substance contenue dans une liste.

Évaluation du délai d’apparition d’une fuite si une substance de la liste RoHS est contenue dans la pièce.

Une question ?

Notre équipe se tient à votre disposition pour toutes questions d’ordre réglementaire
sur le PE ou le PP ou sur les autres matières que nous utilisons.
Concernant les questions ou les demandes de certificats mentionnés ci-dessus,
merci de nous joindre par le biais du questionnaire ci-dessous.


    En remplissant ce formulaire, vous donnez votre consentement pour que vos données personnelles soient traitées par GAGGIONE. Les informations recueillies sur ce formulaire sont adressées par mail à GAGGIONE afin de pouvoir répondre à votre demande. Ces informations pourront être enregistrées sur un fichier informatisé des contacts de GAGGIONE et seront traitées de façon confidentielle. Elles sont conservées pendant 3 ans et sont destinées à GAGGIONE. Conformément au règlement européen à la protection des données, vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : GAGGIONE sas 3 rue de la Rolland 01460 MONTREAL LA CLUSE – France

    icon-angle icon-bars icon-times